The Orphan Queen by Jodi Meadows

couv50186100

  • Série: The Orphan Queen
  • Auteur : Jodi Meadows
  • Editeur : Katherine Tegen Books
  • 400 pages

She is a princess. When the Indigo Kingdom conquered her homeland, Wilhelmina and other orphaned children of nobility were taken to Skyvale, the Indigo Kingdom’s capital. Ten years later, they are the Ospreys, experts at stealth and theft. With them, Wilhelmina means to take back her throne.

She is a spy. Wil and her best friend, Melanie, infiltrate Skyvale Palace to study their foes. They assume the identities of nobles from a wraith-fallen kingdom, but enemies fill the palace, and Melanie’s behavior grows suspicious. With Osprey missions becoming increasingly dangerous and their leader more unstable, Wil can’t trust anyone.

She is a threat. Wraith is the toxic by-product of magic, and for a century using magic has been forbidden. Still the wraith pours across the continent, reshaping the land and animals into fresh horrors. Soon it will reach the Indigo Kingdom. Wilhelmina’s magic might be the key to stopping the wraith, but if the vigilante Black Knife discovers Wil’s magic, she will vanish like all the others

Jodi Meadows introduces a vivid new fantasy full of intrigue, romance, dangerous magic, and one girl’s battle to reclaim her place in the world.

Mon avis :

Cela faisait quelques temps que j’hésitais à commencer la lecture de ce livre de fantasy et je dois dire que je n’ai pas été déçue. Pour résumé, une guerre éclate entre les royaumes d’Indigo et d’Aecor. Indigo gagne, leurs soldats tuent la noblesse d’Aecor en épargnant uniquement leur enfants qu’ils ramènent et placent dans des orphelinats invivables. Neufs ans plus tard, on retrouve Wilhelmina alias Wil à la tête d’un groupe de petits voleurs, anciens enfants nobles d’Aecor qui souhaitent reprendre leur pays. Wil, en tant que princesse héritière déclarée perdue par Indigo, s’introduit à la cour pour recueillir des renseignements qui lui permettront de reprendre son trône. Mais l’Indigo n’est pas le seul ennemi à combattre : depuis une centaine d’année, un genre de brouillard envahie peu à peu le continent, causant la chute de nombreux royaumes et menaçant à présent Indigo et Aecor. La jeune fille, consciente du danger que représente ce brouillard pour son propre royaume, va chercher à trouver une solution à ce fléau soupçonné d’avoir été créé par la magie, une magie à présent réprimée… et dont Wil est porteuse.Autant vous dire qu’au résumé, je m’attendais à une fantasy et des personnages très classiques, et j’ai été surprise. Bien que l’histoire ne sorte pas des sentiers battus, Jodi Meadows donne l’impression de parfaitement contrôler son univers et le rythme de l’intrigue.

Mais la force du récit, selon moi, ce sont ses personnages et en particulier Wil. La jeune fille, qui aurait pu seulement chercher la vengeance et utiliser ses pouvoirs dans ce but, fait au contraire preuve d’une grande prudence. Elle sait faire la part des choses, gardant une forte rancune pour les assassins de ses parents tout en sachant parfaitement que le peuple d’Indigo n’est pas responsable des actes de son monarque. Wil est déjà admirable pour cela, mais elle a aussi conscience que son but n’est pas seulement de reprendre Aecor et libérer son peuple opprimé : elle sait se projeter dans le futur, ne pas s’arrêter à la récupération d’Aecor.

Elle veut le bien de son peuple, le protéger du « brouillard » (wraith en anglais, ce n’est pas la traduction exacte mais c’est à peu près la description dans le livre) et elle va investiguer d’elle-même, en évitant les risques inutiles et surtout en utilisant ses pouvoirs avec parcimonie. Car si elle a été élevée dans un pays où l’usage de la magie n’était pas prohibé et où on lui a inculqué que celle-ci n’était sûrement pas la cause principale du brouillard, la jeune fille préfère ne pas se risquer à son utilisation, connaissant parfaitement le danger qu’elle pourrait faire encourir aux autres.

J’ai donc trouvé que Wil était humaine et surtout très cohérente par rapport à son histoire. Elle ne trahit pas ses convictions et n’agit pas par égoïsme ou vengeance. Un personnage très bien ficelé dans ce livre, qui entretient des relations réalistes avec les autres. La petite partie romance, quoique prévisible, n’a pas été niaise et a participé à l’avancement du récit. Dans ce livre l’auteur a privilégié la construction de son personnage à celle de son univers et du système de magie, qu’on entraperçois seulement, mais je m’attends à ce qu’elle approfondisse dans le second et dernier tome. Et autant vous dire que la fin donne envie de mettre la main sur celui-ci au plus vite, Jodi Meadows nous prenant par surprise jusqu’à la dernière page.

Autant vous dire que je vous recommande très chaudement la lecture de The Orphan Queen (le roman n’a pas l’air de faire l’objet d’une traduction, la lecture ne peut donc se faire qu’en anglais, mais je dirais que le niveau, sans être facile, reste accessible avec de la patience)! Comme toujours, dîtes-moi ce que vous avez pensé de ce livre et des personnages et je vous souhaite une très bonne lecture!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s